Vernon | Actualités | Un ex-pensionnaire du CRJS Vernon aux JO de Rio

Un ex-pensionnaire du CRJS Vernon aux JO de Rio

Danny Rodrigues est un gymnaste normand, sa spécialité c'est les anneaux. Une discipline dans laquelle il est passé maître puisqu'il compte plusieurs titres de champion de France : au Mans en 2004, à Toulon en 2008, à Liévin en 2009 ainsi qu'à Nantes en 2012. Au niveau international, il remporte deux médailles de bronze aux championnats d'Europe à Lausanne en 2008 et à Moscou en 2013. Il compte également une honorable cinquième place aux jeux olympiques de Pékin en 2008 et une autre cinquième place au championnat du monde de Melbourne en 2005. Danny, ancien pensionnaire du CRJS a bien voulu répondre à nos questions juste avant les jeux olympiques de Rio :


 

CRJS : A quel âge avez-vous compris que la gym serait votre avenir ?

Danny Rodrigues : J'ai commencé la gym à cinq ans avec le baby gym au club de Caudebec-lès-Elbeuf. Au début c'était juste pour me canaliser, pour que mes parents aient la paix et puis ma mère étant entraîneur de gymnastique mon chemin vers ce sport était tout tracé. Arrivé au pôle espoir de Vernon en 1997, j'ai pris conscience que j'avais du potentiel. Les deux premières années étaient très compliquées, je ne m'attendais pas à ce que la rupture avec ma famille soit aussi dure. Puis en grandissant, j'ai commencé à être plus rigoureux dans mes entraînements et grâce à mon travail je suis rentré en équipe de France espoir dans le début des années 2000.

CRJS : Pourquoi avoir choisi les anneaux comme agrès ?

Danny : Après le pôle espoir de Vernon, je suis rentré à l'INSEP. C'est à ce moment que je me suis consacré aux anneaux. C'est un agrès difficile parce qu'il est mobile, cela demande beaucoup de force et comme j'aime beaucoup la musculation les anneaux me semblait bien plus familiers.

 

CRJS : Parlons d'actualité, vous participez aux Jeux Olympiques de Rio dans quelques semaines. Comment s'y prépare-t-on ? Quel est votre rythme d'entraînement ?

Danny : Je m'entraîne quotidiennement avec mon entraîneur Frantz Gaillard à la Sottevillaise. J'adapte mes entraînements au jour le jour, je ne veux pas trop forcer à cause des différentes blessures que j'ai déjà eu et surtout ne pas trop me fatiguer avant la compétition. Je gagne pas mal de temps pendant les entraînements sur les mouvements de base puisque je l'ai répète déjà depuis dix ans, forcément je suis rodé.  

CRJS : J'ai découvert une figure que vous avez inventé qui se nomme l'« hirondelle inversée », pouvez-vous m'en dire plus ?

Danny : La figure existait déjà, mais j'ai vu qu'il y avait quelques chose à faire avec celle-ci alors après quelques temps à la travailler avec mon entraîneur, j'ai rajouté un élan au mouvement. Depuis elle est devenue ma marque de fabrique, ma signature. J'ai aussi donné mon nom à trois autres mouvements mais je ne les possède plus depuis.

CRJS : C'est probablement le dernier rendez-vous de votre carrière, quels sont vos objectifs pour Rio ?

Danny : C'est vrai, je ne suis plus tout jeune pour un gymnaste. Je devais déjà m'arrêter en 2012 après les JO de Londres mais une blessure au biceps m'a empêché d'y participer. Pour moi c'était impossible de partir là-dessus, je voulais participer aux JO encore une fois ! Cette année j'ai la chance d'y aller et je compte bien arrivé en phase finale et bien sûr donner tout ce que j'ai pour l'équipe. Pour ce qui est de la médaille, je n'y pense pas trop, je laisse cette pression à mon ami Samir Aït Saïd.  

CRJS : Gardez-vous un bon souvenir de votre passage au CRJS de Vernon ?

Danny : Oui, c'est le début de tout. C'est grâce au pôle espoir que j'ai eu ma première sélection en équipe de France espoir.  

CRJS : Avez-vous un souvenir marquant de cette période ?

Danny : Je me souviens que tous les jours de voulais arrêter, ma famille me manquait terriblement et je pleurais souvent. J'en avais marre de la gym, la première année je suis passé subitement de 4 ou 5 heures d'entraînement hebdomadaires à 20 heures. J'ai surmonté toutes ces épreuves grâce aux encadrants, ils étaient devenus une deuxième famille pour moi, je les voyais plus que mes parents.  

CRJS : Peut-on espérer vous revoir à Vernon dans le futur ?  

Danny : Pour la suite je compte bien devenir entraîneur. Je serai sûrement amené à revenir sur Vernon pour des stages ou même pour rendre visite à mon ancien club.  

Courage Danny, tu peux compter sur le soutien de l'Avenir de Vernon ainsi que du CRJS. Merci à lui pour sa disponibilité.

 

   Région Haute-Normandie      Ministère de la santé et des sports
           Département de l'Eure